En cas de lien mort, merci de laisser un commentaire

In case of broken link, please leave a comment for a re-upload

dimanche 13 août 2017

WILLY WONKAS / THE B-SIDES Split EP (2000)

On continue dans le punk-rock loin de toute forme d'engagement, un genre de trêve estivale, les responsables syndicaux étant déjà plantés sur la terrasse de leur mobil-home du Cap d'Agde en train de siroter un pastis tiède. Bon, cette fois-ci y'a de gros nuages noirs au dessus des casquettes Gedimat et l'alcool aidant, l'humeur est plus à ce bouger le popotin sur le gazon cramé et humide qu'à parfaire son bronzage agricole entre 2 parasols Tropico. Point de wo-wo gnangnans donc avec les 2 combos d'aujourd'hui qui sont loin d'être des nouveautés pour les 3 pelos qui persistent encore à jeter une oreille dans le coin.
Et ce sont les italiens de Willy Wonkas qui débutent le débouchage d'oreilles jusqu'au fin fond du tympan avec 2 titres à la prod crade à souhait qui, si cela découle plus certainement d'un manque de moyen que d'un choix artistique, colle parfaitement au style.
Pas de réelle surprise en face B pour les B-Sides. C'est toujours aussi sale, rapide et court avec 5 "vrais" titres en un peu plus de 3 minutes dont la moitié pour un seul morceau, qui plus est reprise des transalpins partageant l'affiche. Autant dire que le reste laisse très peu de place pour des passages guitar hero ou autres finesses structurelles.
103 exemplaires seulement pour ce EP qui reste chopable pour que dalle sur le net, peut-être à cause de la pochette aux couleurs rastafari qui pourrait mettre le doute sur le contenu de l'objet, ou alors le résultat d'une campagne de dénigrement du lobby de la confrérie des dentistes...

Fast and dirty teenage punk-rock. Suburbs of Milan meets those of San Francisco.




Télécharger / Download : WILLY WONKAS / THE B-SIDES Split EP


mardi 25 juillet 2017

THE AUTOMATICS - All the kids just wanna dance EP (1995)

Allez, on continue dans les têtes connues, toujours dans la pop-punk stupide parce que lorsque l'on a un filon, ben il ne faut pas le lâcher, c'est pas comme si on avait des idées lumineuses tous les jours.
Et en parlant de têtes, ils en ont une sacrée de vainqueur les Automatics. Y'avait concours à l'époque avec les collègues des Connie Dungs ou autres Vindictives. Peut-être un style cool qu'on se donnait dans le milieu. Faut dire que les tapisseries de tatouages et les kilos de muscles, c'était déjà pris par les hardcoreux de la grosse pomme. Et puis, s'acheter une paire de lunettes et prendre un air idiot, c'est moins fatiguant et le résultat est quasi garanti.
1er opus pour ce groupe prolifique de Portland, leur Greedy Guts à eux en somme (je ne sais plus où j'avais lu que le Jé était capable d'écrire 3 morceaux au p'tit dèj sans se forcer...), dont l'excellent Mutant Pop Rds avait encore une fois su flairer le potentiel... enfin potentiel, on s'entend, le gazier du label n'avait pas découvert les Green Day non plus. Et je sais qu'un petit nombre va encore dire (et là j'ai déjà un nom en tête...) que la pop-punk c'est toujours la même chose, que ça se mord la queue (tiens, j'ai toujours ce nom en tête qui doit esquisser un rictus à la lecture de cette phrase). Bon ok, si on écoute attentivement la mélodie du chant sur le titre Mrs Johnson, on ne peut que crier au scandaleux plagiat du Ursula finally has tits des Queers. Ils ont même le toupet de de pomper le thème du morceau pour en faire un solo... Alors ouais, c'est facile de pondre des titres au kilomètre en agissant ainsi. Ou alors c'est un hommage, ou un foutage de gueule... en tout cas, la Sacem locale n'a pas l'air très virulente.
Le bandcamp du groupe en tout cas propose un bon nombre de téléchargements gratuits, cet EP ne l'était pas, c'est pour cela qu'il a été préféré à d'autres, aucun critère qualitatif en jeu vu que tout ce ressemble un peu et donc de qualité égale. Mais foncez les piller, l'été est encore long et le cubi de rosé loin d'être vide...

First EP from the king of stupid punk-rock in Portland.
Check their bandcamp for tons of free downloads.




Télécharger / Download : THE AUTOMATICS - All the kids just wanna dance EP

vendredi 7 juillet 2017

THE APERS - The wild & savage Apers : Singles & Outtakes 1997-2002 (2004)

Retour sur notre bon vieux continent avec les papys du genre, toujours indétrônable malgré les jeunes pousses qui frappent à la porte. 20 ans déjà que les Apers sillonnent inlassablement les bars d'Europe afin de prouver que c'est toujours eux le boss. C'est vrai que l'on trouve maintenant pléthore de groupes pop-punk mi-tempo sans avoir à traverser l'Atlantique. Un p'tit coup d'oeil sur le site Ramonetothebone (quand le site veut bien fonctionner !) et la liste semble interminable. Bon, c'est plutôt vrai pour n'importe sous-genre du punk d'ailleurs. Pour un style maintes fois décrit comme mort et enterré, la bête remue toujours. Le pire est qu'en jetant une oreille sur n'importe quel bandcamp, sans que cela soit toujours transcendant et encore moins original, la grande majorité est plutôt bien foutue. La facilité d'aujourd'hui à obtenir une prod correcte pour pas grand chose y est certainement pour beaucoup, ça aide forcément d'avoir un truc plutôt propret mais franchement, cela redevient un plaisir de flâner sur le net à la découverte de p'tits groupes qui n'en veulent.
Le revers de la médaille, c'est peut-être que cette opulence fait que l'on ne s'attache plus vraiment à un album, que l'on absorbe la musique comme n'importe quelle produit de consommation courante, sans chercher à en savoir plus sur le groupe, sans scruter les bulletins de concerts histoire de ne pas les rater lorsqu'ils passeront dans le coin.
Le vieux con vous dirait qu'au temps des distros disons "postales", l'attente était fébrile, les sens en éveil à la seule vue de la casquette jaune et bleue du facteur. Quand on mettait 50 boules dans un skeud sans jamais avoir entendu une note de ce que faisait le groupe, juste sur un descriptif approximatif du gazier qui tenait la distro (et donc qui avait tout intérêt à vous allécher), et bien, même si c'était de la merde, vous vous acharniez à essayer d'aimer, et l'objet était déjà quasiment usé lorsque vous rendiez enfin les armes et remisiez les 140 grammes de vinyle au fin fond de l'étagère.
Bon, tout ça pour dire que les Apers font certainement encore de bons disques, que cette compilation de vieux titres n'est certainement pas meilleure que les autres mais que pour ma part il a ce côté approximatif de l'urgence de la jeunesse, et qu'il vaut bien quelques écoutes avant de finir dans les bas fonds d'un disque dur.

Compilation of early songs from the veterans of the European pop-punk.




Télécharger / Download : THE APERS - The wild & savage Apers CD

dimanche 18 juin 2017

THE CRETINS - We're gonna get so laid CD (1998)

On va rester sur le foisonnant continent américain mais à des latitudes une peu moins accueillantes puisque ces crétins-là nous viennent de la banlieue de Boston. Alors si je dis Boston, on pense forcément à du bon vieux HC East-Coast testostéroné, mais bon, difficile d'imaginer 4 armoires à glace meuglant "Proud and Power" se faisant appeler The Cretins. C'est vrai que le nom du groupe ça aide bien souvent pour se faire une idée de ce que l'on va trouver sur la galette. Ici on devine vite que l'on va avoir droit à de la pop-punk des familles... bingo. The Cretins sont en effet à mettre à côté de groupes comme The Invalids, Nobodys ou Retarded. Pas les derniers à se dévaloriser dans la pop-punk. Côté Math-Rock (tout du moins à la française), on tape plus dans le concours du nom composé d'un seul mot, de préférence pris au hasard dans le dico (Pneu, Chevreuil ou Papaye). En même temps, c'est pas plus ridicule que les groupes de grind qui se creusent la tête à un trouver un nom cool que personne n'arrivera à lire. Bref, un vrai casse-tête ce choix de nom de groupe, surtout qu'à l'air d'internet, pour avoir un minimum de visibilité, il faut éviter des trucs trop banals qui te font te retrouver sur la 25ème page des recherches Google. Bon en même temps, y'a 15 ans, même avec un nom original, le toutou de chez Lycos il ne te retrouvait pas (p'tain, il est même pas mort en fait le clébard).
Tout ça pour dire qu'un nom ridicule, une pochette laide au possible, 23 titres qui n'atteignent jamais les 3 minutes, sans enlever le blister, on sait où on est et que l'on sera pas déçu si l'on cherche un fond musical pour faire la vaisselle...

Stupid American pop-punk band (the words "stupid" and "American" in the same sentence is purely coincidental...).




Télécharger / Download : THE CRETINS - We're gonna get so laid CD


lundi 5 juin 2017

THE CATALOGS - Viva los Muertos ! Demo CDr (199?)

Voilà l'été, voilà l'été, comme dirait Zobi la mouche. Il va bientôt être temps de ressortir les shortys et les planches de surf. Bon, à cause d'un équilibre précaire et d'abus en tout genre, je vais plutôt déterrer de bonnes vieilles galettes de pop-punk ensoleillées. Et quoi de mieux que les hawaïens de The Catalogs pour se mettre en jambes. J'avais déjà proposé il y a quelques temps leur EP sorti chez Mutant Pop sur lequel on retrouvait leur fameux Another Girl repris par les Queers, et bien ce CDr commence également par ce "tube planétaire" dans sa version première, un peu plus molle du genoux mais toujours aussi jouissive. Le reste est dans la même veine, très pop, très gnangnan diront certains (même si les personnes utilisant encore cette expression vont bientôt se compter sur les doigts d'une seule main), mais c'est au fond ce que l'on demande à un disque dont somme toute la finalité est de créer un fond sonore dans le jardin (ou plus certainement sur le balcon) lorsque l'on sirote un pastis bien frais (voir un verre de rosé de Provence).
Hormis cette démo et l'EP, il ne semble pas rester beaucoup d'autres traces du groupe si ce n'est quelques titres sur des compilations. Le guitariste plus actif lui, continuera l'aventure en prenant le micro pour les Quintessentials, groupe avec des poils dessus, et pour ceux qui aiment le vraiment velu, on retrouve également le gaziers chez les Crawling Chaos. Autant dire que là on est loin des pépètes mâchant du Bubblegum.
Si certains sont en manque de pagnes et de colliers à fleurs, sachez que ce CDr est sorti sur le label Hawaiian Express Records, toujours actif après plus de 20 ans de bons et loyaux services. Et si les frais de port exorbitants ne vous font pas peur, leur site propose moultes combos locaux de derrière les fagots...

13 songs demo CDr from the kings of the Hawaiian pop-punk music, now famous thanks to the tribute from The Queers of their Another Girl song.




Télécharger / Download : THE CATALOGS - Viva los Muertos ! Demo CDr

lundi 22 mai 2017

PIN PRICK - En-Core EP (1988)

Bon, pas facile de remplir quelques lignes sur un groupe dont on a déjà parlé ici et dont l'actualité est vide comme le compte en banque d'un rmiste en fin de mois. Faut dire que ça va faire bientôt (putain) 30 ans que le groupe a définitivement posé les instrus. Alors on ne va pas s'attarder cette fois-ci en élucubrations plus ou moins inintéressantes et on va juste remercier un certain Lucien d'avoir compilé une tonne de photos du groupe et d'en avoir fait le petit film disponible ici pour le premier volume et pour le deuxième. Tout plein de photos d'époque avec le son qui va avec.
Pour ce qui est de cet EP, la recette est la même que leur premier effort, les morceaux sont peut-être un peu plus rapides mais on regrettera en-core un fois la production trop légère qui ne permet pas d'apprécier toutes les subtilités de l'écriture !! Heureusement que les photocopieurs marchaient à plein régime à l'époque et que la mode n'était pas encore au tout papier glacé, ça permettait de gaver les galettes de tout un tas d'infos et notamment les paroles... En-core un truc que bandcamp n'a pas réussi à égaler.

Second EP of this French punk band from Toulouse.




Télécharger / Download : PIN PRICK - En-Core EP


dimanche 7 mai 2017

THE MEANIES - Secrets of the ancients revealed 10" (2001)

Fidèles à leur réputation du groupe punk avec les pochettes les plus hideuses (le titre s'est joué à pas grand chose avec leurs compatriotes des Hard-Ons), les australiens des Meanies ont voulu frappé un grand coup pour leur retour au début des années 2000. La barre était déjà bien haute avec la boîte d'oeuf du double EP sorti un an plus tôt, et là les gaziers ont décidé de récidiver dans le style collage avec euh, ben, cette chose. On s'étonne d'ailleurs que personne ne soit crédité de cette oeuvre sur la pochette.
Bref, le contenant important peu, focalisons-nous sur le contenu. On avait quitté les Meanies au milieu des années 90 avec leurs album et EP 10% weird qui donnaient déjà la direction qu'allait prendre leur musique. Terminés les brûlots pour adolescents attardés et les blagues potaches. Le nouveau Meanies se veut apaisé, au chant plus lancinant. Mais heureusement, ça rock encore pas mal, leur "Hazzard a guess" qui débute la galette n'est pas sans rappeler les riffs à la New Bomb Turks, on retrouve même la verve des débuts sur leur "Four Walls" et "Play this song each night" est plus qu'inspiré. Les 3 autres titres sont malheureusement un poil en dessous, sans être totalement décevants. Au vu de leur discographie longue comme le bras, on ne peut pas leur en vouloir d'être de temps en temps un peu inégal.
A la suite de ce 10", le groupe se remettra une nouvelle fois en pause discographique pour une poignée d'années, ressortant ça et là quelques splits, puis revînt enfin pour un véritable album en 2015, toujours dans la même veine, plus posé, une nouvelle fois en dent de scie, mais les Meanies restant les Meanies, un album indispensable.

6 punk-rock tracks from the still active Australian veterans.




Télécharger / Download : THE MEANIES - Secrets of the ancients revealed 10"


lundi 17 avril 2017

LEVIATHAN - Self-titled MCD (1996)

Montauban en force !... C'est vrai qu'on a pas souvent l'occasion de lancer ce cri du cœur, tant cette "charmante" bourgade du sud-ouest semble avoir été phagocytée par son grand frère toulousain niveau scène punk. On a beau trifouiller sur net, pas grand chose à se mettre sous la dent. Et ce qui revient le plus côté gooooogle, ceux sont les Ground Zero. Que dis-je, les excellentissimes Ground Zero... non, ça ne dit rien à personne ?! C'est que ce sont des gens plutôt discrets, aussi discrets que chaleureux même. Des types qui mettent à jour leur site Myspace, dont le compte Facebook n'est pas ouvert, c'est pour dire comme ils sont discrets. Ils semblent même qu'à force d'être discrets, ils aient décidé de retomber dans l'anonymat en posant définitivement les instruments... enfin, peut-être que quelqu'un pourrait vérifier ça sur leur compte Facebook, car moi j'en ai pas, de compte, et je suis donc mis à l'amende. Et ça ne serait pas la première fois qu'ils feraient les morts pour nous pondre sans crier gare un nouveau petit bijou. Bon, et pourquoi donc je parle autant des Ground Zero, de Montauban ?... Et bien c'est qu'au micro de Leviathan on retrouve le Père Ced, qui remettra donc cela avec GZ une fois l'aventure Leviathan terminée.
Aventure bien trop courte puisque ce MCD de 6 titres semble être la seule trace du groupe. Mais quelle trace !... Ca lorgne un poil vers les 1er NUFAN époque New Red Archives avec ce punk-hardcore pas encore totalement mélodique mais dont le chant n'est plus crié. Plus prêt de nous, ça me rappellerait un chouia les Sleazy Arse dans l'esprit, et forcément les premiers Burning Heads sans hésiter. Bref, du lourd bien carré.
Les plus bédéphiles d'entre vous auront tout de suite remarqué la pochette concoctée par Larcenet s'il vous plait, et pour le quizz du jour (rien à gagner, la crise mon brav' M'sieur), à noter que ce MCD a été produit par l'asso Tout à Fond, et estampillé TAF01... mais y-a-t-il vraiment un rapport entre ce Tout à Fond de Montauban en 1996 et le Tout à Fond actuel formé la même année et résidant sur Montpellier... Mmmm, mystère.

French band playing an early 90's West Coast Melodic Hardcore in the same vein of the first Burning Heads.




Télécharger / Download : LEVIATHAN - Self-titled MCD

dimanche 2 avril 2017

THE ADICTS - The Ace, Brixton, London 27/04/83 Bootleg LP (1983)

A quoi reconnait-on un bon live pirate ? D'abord à un son plus que moyen bien sûr. Bon, là c'est raté, il est même presque bon si on oublie la basse bien trop forte au tout début, mais heureusement vite rattrapée, certainement directement lors du concert. En tout cas, ça vaut largement leur Live and Loud ou le Rockers into orbit, pour le coup officiels eux.
Ah tiens, reparlons de l'ingé son qui avait certainement oublié d'appuyer sur "Record" puisqu'il nous zappe les premières notes de leur fameuse intro Hymne à la joie qui doit avoir une tout autre résonance aujourd'hui pour ces british en ces temps de Brexit.
Donc, un bon pirate se reconnait aussi par sa pochette hideuse... là on peut dire qu'on est en plein dedans. Ils étaient bien suffisamment chamarrés les types pour ne pas en rajouter avec ce rose banni de tout cabinet ophtalmologiste qui se respecte. Et ne parlons pas de ce rectangle noir au niveau des parties intimes de Monkey... humour ? Mouaif.
Troisième critère indispensable, les pains parce que les gars, ne sachant pas que leur performance du soir allait être creusée dans une galette de vinyle, ne doivent pas forcément faire tous les efforts nécessaires pour mettre les bons doigts sur les bonnes cases en toutes circonstances... là on est bon, tout bon même.
Dernier critère et non des moindres, la quantité limitée du pressage permettant de faire gonfler les prix par le subtil jeu de l'offre et la demande. Bon ben là par contre, mauvaise pioche ! Si effectivement ce LP n'a été tiré qu'à 500 exemplaires, on le trouve néanmoins encore assez facilement pour pas grand chose. Bizarre lorsque l'on voit les prix pour certaines autres productions du groupe, plus massives et plus récentes.
Allez, on va quand même faire un petit tour vers la setlist, c'est quand même le plus important. 1983, c'est un peu la date charnière pour le groupe, on va même ne pas y aller par quatre chemin, c'est l'année où ils ont commencé à faire de la merde avec la sortie de l'EP Bad Boy. Bon c'est vrai que ils n'étaient pas les seuls à cette période à lorgner vers les charts, ça devait être un peu l'atmosphère ambiante pour le punk en Angleterre. Le pire c'est que les versions live des 3 titres, disons "2ème période", sont plutôt pas mal, la base était toujours là.
Bon, cette fois-ci je me suis fait ch*** à découper les pistes, avec plus ou moins de réussite. Plus j'espère.

Live bootleg for one the older punk band still active.
The fact that the first notes at the beginning of the show are missing is completely outside my control !




Télécharger / Download : THE ADICTS - The Ace, Brixton, London 27/04/83 LP

samedi 18 mars 2017

TWENTY ONE AGAIN #3 Split EP (1996)

Ca fait déjà un moment que j'ai posté le volume 2 des splits de chez Twenty One Again Rds, je continue donc dans l'ordre avec ce volume 3... pourquoi négliger le premier opus ? Certainement car il me parle moins mais il ne faut pas désespérer non plus.
Ce 2ème volet donc réunit la crème de la crème de ce qui se faisait à l'époque et dont j'ai déjà longuement parlé ici ou là donc je ne vais pas non plus m'épancher durant des paragraphes interminables.
Les plus malins d'entre vous qui auraient déjà jeté un œil sur les jôôôlies photos de la pochette ci-dessous me diront que l'on retrouve donc les Limougeauds des Bushmen, toujours impéccables, toujours classes, ainsi que les sautillants Tourageaux de Concrete Idea avec certainement l'un de leur meilleurs titres (à moins que celui-ci se trouve sur leur démo Slug Brain toujours introuvable de mon côté... help !).
Passons maintenant à ceux qui ont probablement perdu au chifoumi lors du délicat moment où il a été question du pliage de la pochette (tout du moins pour ce qui est de ma version, peut-être que cela c'est fini par un bon vieux 50/50 concernant la visibilité de chaque groupe), avec les Stéphanois (décidément partout) de Six Pack, superbes, et enfin les parigots d'Upstairs People toujours aussi inspirés.
4 groupes, 4 titres, 4 tubes.

4 French bands wavering between Melodic Hardcore and Emo-punk.




Télécharger / Download : TWENTY ONE AGAIN #3 Split EP

vendredi 3 mars 2017

SACK - Get wrecked CD (2005)

Allez, comme je suis persuadé que les 3 titres proposés dans la box des Lillingtons du post précédent vous ont mis l'eau à la bouche, voici de quoi étancher votre soif de riffs ramonesques avec l'album complet de Sack.
Comme donc déjà évoqué, Sack est issu de la rencontre d'une grande partie des Lillingtons et de membres des Teenage Bottlerocket (le batteur pour le line-up, le chanteur pour des "featuring").
Si l'aventure ne durera pas plus que cet album, on sent bien que ce premier rapprochement posait les bases de ce qu'allaient devenir ces fameux TBR. Ces derniers avaient certainement ce qui manquait aux premiers : une charte graphique. Parce qu'il faut quand même bien l'avouer, les TBR, c'est du Lillingtons avec une tête de mort sur la pochette. Le chant de Kody étant tellement reconnaissable entre tous qu'il phagocyte tout ce que pourrait apporter en héritage les premiers TBR.
De là à dire qu'il ne manquait qu'un bon visuel aux Lillingtons pour percer dans la scène punk-rock, c'est peut-être allez un peu vite en besogne, le timing doit certainement y être également pour beaucoup mais c'est vrai qu'un T-shirt estampillé d'un logo à tête de mort, c'est quand même bien plus vendeur, et faites les en rose et vous doublez l'audience potentiel.
Bon, faut dire aussi que le timing ils ont été le chercher à la force du poignet les gaziers, et que le père Kody il l'a bien mérité son petit succès au bout de 20 ans.
Tout ça pour dire quoi... ah oui, et bien que ce Get wrecked n'a rien à envier à ce que feront plus tard TBR, Du très bon mi-tempo aux mélodies sans fausse note... après la pochette, on a beau dire, ça manque vraiment de têtes de mort...

Mi-tempo punk-rock band with ex-Lillingtons and Teenage Bottlerocket members.
The band didn't survive when Kody joined TBR.




Télécharger / Download : SACK - Get wrecked CD

jeudi 16 février 2017

THE LILLINGTONS - Technically unsound 4xCD (2005)

Un post à saturer les serveurs de Zippyshare aujourd'hui avec ce coffret de 4 CD des Lillingtons, qui selon les dires du frontman Kody, mettait le point final au groupe. On aurait pu prétendre à une sorte de compilation de titres rares et autres faces B mais les p'tits gars du Wyoming l'ont joué un peu plus subtile, même si au bout du compte le résultat est très proche de l’exhaustivité.
Allez, on va se la faire dans l'ordre avec le 1er CD (le rouge) composé d'une version remixée de leur premier album "Shit out of luck". Si cette tendance de ressortir les vieux enregistrements dépoussiérés n'est pas forcément ma tasse de thé, il faut bien avouer que ce petit coup de botox dans le mix ne fait pas de mal. Pas de quoi se remettre à la hauteur des prods actuelles mais ça rempli un peu plus les enceintes ainsi. Pour compléter cette première galette, les 6 titres du split LP sorti un an plus tard avec les punkers de Nothing Cool.
Zou, on passe au 2ème CD (le vert) qui débute par un live au studio Jam Room, studio à Colombia où avaient déjà sévi les Queers pour leur "Suck This". A croire que l'endroit se prêtait à l'exercice dont le résultat ici est plus que réussi avec une prod qui n'aurait pas forcément à rougir à côté d'une session d'enregistrement. Changement de studio ensuite puisque que les gaziers nous servent 4 titres enregistrés au Simple Studio à Green Bay qui devaient composer un EP intitulé "Stupid world" mais qui n'est apparemment jamais sorti. La session est de 1997 mais on retrouve la reprise du Blitzkrieg Bop des Ramones sur le 7" bonus inclus avec leur premier LP de 1996... bizarre, bon, ah moins qu'ils aient enregistré 2 versions mais à l'oreille ça semble bien être les mêmes enregistrements... bref.
Retour au Jam Room studio pour 3 titres dont une pré-version de Brain Damage qui sortira ensuite sur leur (excellent) LP Death by television.
Et enfin, pour terminer ce 2éme CD, on retrouve leur premier effort, l'EP Lost my marples, un poil mou du genou il est vrai.
Allez, ça va être plus rapide avec le 3ème CD (le bleu) puisqu'il s'agit du premier mix du Shit out of luck, qui ne ravira donc que les puristes, la version remixée se suffisant à elle-même. Rien de plus, rien de moins sur le bleu... de CD.
On terminera donc avec le 4ème CD, que l'on nommera le blanc même si celui-ci n'est pas sérigraphié du bô L des Lillingtons car il contient en fait un sampler de l'album éponyme de Sack, chaînon manquant entre les Lillingtons et les Teenage Bottlerocket, puisque composé de 3/5 des premiers et 2/5 des suivants. Mais ça, on en reparlera très vite car nous n'avons le droit ici qu'à 3 titres de l'album (répétés 2 fois...), autant écrire quelques lignes sur un post entièrement dédié à cet album...
Je parlais d’exhaustivité au tout début, et les plus finauds d'entre vous auront remarqué qu'il manque l'EP "Lillington High". C'est Kody lui même qui en donne la raison ou plutôt les raisons : on retrouve les 4 titres de l'EP sur l'album Shit out of luck mais surtout pour ne pas faire chuter la côte de l'objet !... sacré Kody !
A noter que ce coffret fera quelques petits chez Clearview Rds, avec les versions "Technically more round" (allégée en 2 LP) et "1995 - 2006" (allégée également mais renforcée par les albums plus récents du groupe).

Box of 4 CD from Lillingtons including 2 versions of their first LP "Shit out of luck" (original mix and a new mix from 2003), songs from their split LP with Nothing Cool, a live recording at Jam Room studio, the Lost my Marples EP and two unreleased studio sessions. The last CD includes 3 songs from the only album of the band Sack, consisting of members of Lillingtons and Teenage Bottlerocket.




Télécharger / Download : THE LILLINGTONS - Technically unsound CD1
Télécharger / Download : THE LILLINGTONS - Technically unsound CD2
Télécharger / Download : THE LILLINGTONS - Technically unsound CD3
Télécharger / Download : THE LILLINGTONS - Technically unsound CD4

vendredi 3 février 2017

NOWAYOUT / MIND THE GAP Split CD (2001)

Allez, on écluse un peu les groupes évoqués ça et là dans certains commentaires avec ce split qui fleure bon le hardcore dit mélodique, genre si souvent méprisé par l'élite underground punk. Pas assez politique, trop mainstream, musique d'ados et j'en passe. Bref, là n'est pas le propos.
Sorti sur label Prehisto dont le gazier se consacrera plus tard au fameux Dirty Witch Rds qui semble aujourd'hui un peu en sommeil, ce split sent bon ce que sait faire de mieux nos petits frenchies, à savoir s'influencer des grands frères ricains ou scandinaves et y injecter une originalité que l'on nous envie. Ok ok, tentative maladroite de contre-balancer le French Bashing ambiant mais pas dénuée de sens lorsque l'on écoute des groupes comme Tomy, Upstairs People, Seven Hate ou même Les Thugs qui dans le milieu des années 90 ont su ajouter leur patte bien particulière à un genre déjà surexploité ailleurs. Et on a affaire ici sans conteste aux petits frère des sus-nommés.
Côté Nowayout, c'est certainement les 1ers albums des Burning Heads qui tournaient en continu dans les walkmans des membres du groupe (enfin, début 2000, ça devait déjà être des Discman remarque). 
Sinon peu d'infos sur le groupe qui devait traîner du côté de Lyon (ou de Saint-Etienne ? Nan, pas encore Saint-Etienne), ce split semble être la seule trace laissé par le quintet hormis des apparitions sur diverses compilations (dont, pour les nostalgiques, la fameuse Pop Core'N toujours chez Prehisto).
Face B, enfin j'me comprends, les rochelais de Mind The Gap qui en 2001 signaient déjà "punk since 2000"et semblaient encore plus ou moins vivants il y a quelques temps avec quelques concerts à leur actif. Là ça tape un peu moins dans le technique privilégiant des mélodies bien ciselées et jouant avec les harmoniques blabla blabla. Bon, on est pas dans Rock'n'Folk non plus donc, y'a qu'à cliquer sur le lien ci-dessous, décompresser, lancer VLC, aimer ou pas, garder sur le disque dur ou délicatement faire glisser sur l'icône poubelle... génération Kleenex ?!


2 French Melodic Hardcore bands.


Télécharger / Download : NOWAYOUT / MIND THE GAP Split CD

vendredi 20 janvier 2017

GARAGE DU PORT Compilation EP (1995)

A force de promettre qu'un jour je posterai tel ou tel skeud, je suis sûr qu'un paquet finit aux oubliettes. Au moins celui-là ça sera fait même si il ne risque de n'intéresser qu'une poignée d'archéologues spécialisées dans la fouille des bocages et autres marais poitevins.
Sortie à l'époque avec le numéro 0 du fanzine TAC, nous avons donc ici les premiers meuglements de ce qui constituera la pierre angulaire de la scène garage-punk rochelaise. Et comme là-bas il n'était pas forcément évident de trouver 4 types pas trop manchots et surtout un mininum sérieux pour ne pas être à trois grammes dès 17h, on va vite tourner en rond côté line-up.
On commence par les plus sérieux d'entre tous (c'est dire) puisque les Guzzlers que l'on retrouve ici avec un titre de 1993 et une formation encore étoffée d'un certain JC à l'orgue tireront leur épingle du jeu en signant chez Total Heaven pour un MCD puis un album avant d'exploser en vol.
Tout en subtilité instrumental, FX qui décidément semblait déjà bien volage à l'époque, nous fait ensuite une infidélité aux Guzzlers pour se faire un petit plaisir solo avec Jungle Safari dans lequel y manie sa fameuse basse, mais également la guitare et la batterie. Bref, il a pris au pied de la lettre le terme solo et en même temps, à trois sur un surf...
Les plus énervés sont sans conteste les Cave Creek et pour cause, on retrouve en son sein le fameux JC qui délaisse l'orgue pour la basse et Ronnie Rollo à la guitare. Ce dernier ne tardera pas à la délaisser pour s’asseoir (le fainéant) derrière les fûts et ainsi laisser la 6 cordes à Krackett. De ce trio naîtra la formation historique des Weak.
Beaucoup plus classique dans le style, The Josian's sont peut-être ceux qui offrent également le titre le plus abouti et le plus propret. Sans doute pour cela que le line-up ne m'évoque pas grand chose... peut-être des futurs Mean Things à la rigueur mais rien n'est moins sûr.
On continue avec The Chattertones dont les noms semblent plus familiers puisque on retrouve Ronnie Rollo cité plus haut, un pilier des bars de La Rochelle j'ai nommé Mathieu qui déjà arborait fièrement ses non moins célèbres lunettes et Vullo à la batterie à qui l'on doit la pochette et qui en fera d'ailleurs son métier. Flanqués de 2 autres acolytes, la joyeuse bande reprenait à sa sauce des classiques de la planète garage, d'où le The Witch ici-même.
Pour finir en "beauté", encore eux, JC et Ronnie Rollo en duo pour un garage minimaliste qui n'a pas dû dépasser le stade de cet enregistrement maison.

6 garage French bands from La Rochelle that, except Guzzlers, will not last but members will form bands like Weak among others.




Télécharger / Download : GARAGE DU PORT Compilation EP

vendredi 6 janvier 2017

NO TIME TO PANIC! Compilation CD (1996)

Allez, ça faisait longtemps qu'on avait pas tapé dans les compilations des 90's. Celle-ci nous vient d'Italie même si la guestlist, tout en laissant la part belle aux combos issus de la fameuse botte, est on ne peut plus internationale. On regrettera tout de même, comme c'était souvent le cas à l'époque, qu'aucun groupe hexagonal ne figure au menu. Encore une preuve de la difficulté pour nos petits frenchies à traverser les frontières.
On va tout de suite se débarrasser du mastodonte NOFX qui nous gratifie d'une reprise inédite des Avengers bien old school et ma foi pas désagréable. Tout de même un beau cadeau à l'époque pour ce tout nouveau label italien. Côté ricain, on retrouve également les Squirtgun des frères Giorgini avec toujours un inédit qui semble tout droit sorti de la session d'enregistrement de leur 1er album éponyme. Enfin, mais pas des moindre, les Rhythm Collision revisitent leur classique Too Long déjà présent sur un EP et un album.
La ballade fait un rapide détour de 45 seconde vers l'Amérique du Sud avec les brésiliens de White Frogs. No comment.
Bon, on peut maintenant revenir sur notre bon vieux continent avec pèle-mêle les allemands de Gigantor et de Skin of Tears (ressuscités il y a peu avec un nouvel album), les néerlandais de Bambix féminisant cette compilation un peu trop tétostéronée, les Sublimissimes croates d'Overflow et enfin les éphémères Lucky Seven qui passent bien inaperçus.
Retour donc en Italie où cette compilation fait tout naturellement la part belle aux régionaux de l'étape avec une foison de groupes plus ou connus, parmi lesquels on retiendra la pop-punk vitaminée des Chromosomes ou les Crummy Stuff pour les plus connus. Pour le reste, on navigue allègrement dans le punk-rock tendance mélodique, ce qui ne vous aura pas échappé dès le début de ce déjà trop long post.

International compilation from Italy with a majority of bands from there. To note, some unreleased tracks from NOFX, Overflow or Squirtgun.




Télécharger / Download : NO TIME TO PANIC! Compilation CD